De siècle en siècle, les plus éminentes figures de l'histoire de France ont fait le voyage jusqu'à Saint-Malo. S'il fallait n'en citer qu'une, peut-être faudrait-il évoquer le connétable Bertrand Du Guesclin, qui défendit la ville à plusieurs reprises. C'est ainsi qu'en 1379, depuis les remparts, il put reconnaître la flamme d'un valeureux soldat, l'Anglais Hugues de Calveley, que le hasard des alliances politiques avait jadis placé de son côté. Mais le temps ont changé, et Calveley est désormais un adversaire ! Crânement, devant Saint-Malo, il attaque plusieurs galères et vaisseaux français et espagnols, qu'il met en fuite malgré leur supériorité numérique. Témoin direct de ce combat naval, Du Guesclin est le premier à l'applaudir. Comme tous ceux qui ont l'honneur pour drapeau, il a fait le vœu que le sort des armes respecte celui qu'il appelle le « brave guerrier ».